II- Fonctionnement de l’école

organisation autour du projet personnel de l’élève

L’équipe de professeurs sera forte d’une concordance des personnalités, d’un idéal de formation commun et d’un travail pédagogique collectif approfondi.

Il faut que le savoir se tienne au centre de l’institution scolaire, qu’il soit sincèrement gratifié. C’est ici que chacun, enseignant, parent, communauté locale, doit être persuadé que le savoir est l’instrument essentiel d’émancipation.

Toutes les disciplines seront présentes, onze en collège. L’effectif sera celui de la moyenne nationale dans les collèges, soit un enseignant pour onze élèves.

L’emploi du temps présentera quatre types de séances :

  • recherche individuelle.
  • compte-rendu de cette recherche devant un enseignant.
  • recherche et exposé en groupe d’élèves.
  • activité d’atelier, de diffusion ou autre.
1. La recherche individuelle

L’élève propose et étudie un projet personnel de recherche. Le professeur l’écoute et l’aide dans son travail en lui rappelant la réalité communautaire, les obligations scolaires et les exigences pour un éventuel futur métier.

L’enseignant représente, face à l’élève, le principe de réalité tout en lui laissant trouver son propre chemin pour en acquérir la maîtrise. Par ses conseils, il guide l’élève afin qu’il accomplisse le tour complet d’un savoir accessible.

Les séances de recherche se déroulent par groupe de huit ou neuf élèves, le travail en commun étant possible. Les exposés doivent être réguliers pour une meilleure appropriation. La fréquence d’une séance hebdomadaire par matière serait la plus indiquée.

Objectif : acquérir des systèmes de connaissance avec lesquels l’élève joue en toute autonomie.

Pratique : trois élèves présentent leur exposé par séance. Chacun dispose d’environ vingt minutes. Pour faire le tour des matières enseignées, onze séances sont nécessaires en huit jours pleins, tout en gardant la possibilité de regrouper certaines matières, suivant le projet de l’élève. Chaque matière revient toutes les semaines et demi.

Les autres élèves ont la possibilité de suivre l’exposé, qui devient une représentation publique, dans laquelle chacun est motivé par une recherche commune, et contribue à une correction collective et juste.
Le rôle de l’enseignant est de conduire les élèves vers une représentation de type théтtral, afin d’éviter l’ennui, mais aussi de développer la mémoire. L’appropriation des savoirs est alors totale, car la mémoire est ainsi conduite par l’intelligence et la passion. Elle n’est pas un simple moteur d’acquisition, une machine à ingurgiter.

Le professeur peut ainsi vérifier aisément l’acquisition du savoir. Par des questions analogiques, il aide l’élève à démonter, remonter puis formaliser son expérimentation.

Pour finir, l’exposé offrira une représentation sans souffrance, quitte à être bref, mais toujours sincère et ressenti. Ce sera à l’enseignant de mesurer et distribuer incitations et exigences, dans le respect dû à chaque élève.

Pratique : L’élève dispose d’un cahier de notes pour consigner ses travaux de recherche individuelle. Ce cahier sera un véritable travail écrit, objet de communication, et publiable. L’idée de diffusion sera un excellent stimulant pour l’écrivain qui produit ainsi un recueil de connaissances pour ses camarades.

2. Le cahier de notes sera publiable

Afin de bien maîtriser toute la sphère du réel qui l’entoure, l’élève aura besoin d’une pratique sociale. Il devra donc prendre ses responsabilités dans les groupes auxquels il participe ; devenir acteur et non pas sujet. Or, devenir acteur, c’est, par exemple, publier. Cette publication sera gratifiante, d’autant plus qu’elle sera offerte à soi-même et aux autres, impliquée dans la formation communautaire.
L’élève devenant généreux avec ses connaissances, aurait intérêt à prendre en charge les plus jeunes. L’assistance mutuelle dans le travail, le respect de l’autre seront encouragés avant toute comparaison des performances.
Pour la mise au propre d’un ouvrage, plusieurs corrections sont nécessaires. D’où le rôle des ateliers de diffusion et des comités de lecture. Le professeur aide à l’autocorrection avant que l’élève présente son ouvrage au comité en vue de la publication. Il accorde ensuite son ” imprimatur ” sans lequel l’élève ne peut porter son travail à la publication. Le comité de lecture donne, à son tour, son avis.
La production de vidéos et de tout autre support informatif moderne sont envisageables à la diffusion.
Le cahier de notes est très important. Il y figure les étapes d’ajustement avant la mise au propre, significatives des types de difficultés intellectuelles qui sont autant de projections du développement personnel. Il permet à l’équipe pédagogique de suivre l’évolution de l’élève.

Objectif : le but ultime est que l’élève devienne un apprenti chercheur parfaitement motivé et complètement autonome.

Pratique : l’élève doit être confronté à chaque discipline selon une fréquence hebdomadaire. Il doit disposer d’un battement de quinze minutes par séance, soit quarante-cinq minutes par matinée destinées aux assemblées générales des élèves. Chaque matinée, trois exposés sont prévus par élève. Les groupes de recherche sont répartis de façon à utiliser tout le matériel et, notamment, les espaces présentant des structures particulières (sciences, technologie, arts plastiques, etc.)

3. Les groupes et cercles d’étude

Pratique : la durée prévue pour les séquences est de une heure (plus ou moins quinze minutes) par groupe de neuf à quinze élèves (neuf à la base, plus ceux qui veulent renforcer la matière, sans jamais dépasser dix-huit). Six ou sept groupes d’étude fonctionnent en même temps.

Les élèves choisissent leur groupe d’étude ; mais il serait souhaitable que les élèves s’insèrent dans les groupes dont la matière à l’étude est, pour eux, la plus éloignée dans les jours suivants, afin de respecter au mieux cette fréquence hebdomadaire, indispensable à une bonne assimilation.
Articulation d’une séance :

  • pendant vingt minutes : les élèves exposent un problème décrit en séance de recherche individuelle et entretien. Il faudra représenter le problème sous forme de jeu, afin d’en rendre la connaissance attractive. Ceux qui exposent ont été élus par leurs camarades. L’enseignant devra veiller à la rotation des présentateurs, il est garant de la démocratie au sein du groupe.
  • les élèves choisissent par vote, entre les problèmes présentés, ceux qu’ils désirent étudier. Ils travaillent sur trois ou quatre problèmes.
  • les cercles d’étude exposent leurs résolutions respectives. Le groupe s’assure que tout le monde a bien compris, et vérifie que toutes les notes ont été soigneusement prises.

4. Les ateliers

Pratique : six ateliers basés sur des pratiques interdisciplinaires sont proposés.
Certains ateliers trouveront une utilité dans l’aménagement et le fonctionnement de l’établissement. Les thèmes proposés par chaque élève seront présentés à tous, les objectifs définis. Le travail manuel prendra une véritable place dans ces projets. Exemples d’ateliers :

  • pôle littéraire (écriture, lecture, théâtre, langues et philosophie).
  • expression corporelle, éducation physique et sportive.
  • pôle scientifique (mathématiques, physiques, biologie, géologie et technologie).
  • espace artistique (musique, arts plastiques).
  • forum de société (histoire, géographie, économie, actualité).
  • espace conférences.
  • pôle de diffusion.
  • travaux manuels (ex. jardinage, couture, cuisine, amélioration du cadre de vie).

Les ateliers débuteront l’après-midi à 13h30. Le nombre d’enseignants sera de cinq ou six, soit un pour vingt à vingt-quatre élèves. On peut envisager à ce niveau l’implication des bénévoles, du tutorat, des intervenants extérieurs tels des professionnels. Les ateliers se terminent à 15h30. Ils sont prolongés par des activités de club jusqu’au ramassage scolaire.

<< Précédent - Suite >>

Apuyez sur CTRL et utilisez la molette de votre souris pour zoomer. Accès handicap